Actualités

BIMtech propose aux Éditions du Moniteur son retour d’expérience sur les clés d’un DOE numérique réussi !

Le DOE est une étape-clé de la phase de réalisation des études d’exécution et de la réalisation des travaux. Adopter une démarche BIM pour le constituer, fiabilise, simplifie et facilite le processus d’élaboration. Dans un dossier paru dans Le Complément Technique du Moniteur (juillet/août 2021), Thibault Bourdel, Directeur général de BIMtech et Rémy Navarro, chargé de projet BIM, détaillent les apports du BIM dans la constitution du DOE numérique.

Pour le maître d’ouvrage, la constitution d’un DOE (dossier des ouvrages exécutés) est une phase essentielle du déroulement de la construction. Etablir un modèle numérique tel que construit (DOE BIM) est un moyen de fiabiliser les données, mais aussi de fournir un document agile, utile à tous les acteurs du projet. Afin d’être un actif de valeur, ce DOE numérique doit être entièrement conforme au projet. 

A l’ère de la transformation numérique de l’acte de construire les bâtiments, le DOE numérique s’impose comme la cible indispensable à l’issue du chantier. Dans le dossier de Complément Technique, T. Bourdel et R. Navarro expliquent comment la mise en place d’une démarche BIM (Building Information Modeling) fiabilise les données qui constituent la maquette DOE numérique.

Le rôle de l’AMO BIM, et de BIMtech en particulier, est de définir au préalable les enjeux du DOE et ses atouts pour le maître d’ouvrage, avant d’aborder l’intérêt de sa constitution en suivant une démarche BIM. Cette démarche doit être mise en place dès la phase DCE, avant même le début des études d’exécution, et doit se poursuivre pendant la réalisation des travaux. La maquette numérique DOE se conçoit, grâce au BIM, au fur et à mesure de l’avancement du projet en phase chantier. Ce livrable revêt une importance stratégique dans la chaîne de valeur du cycle de vie du bâtiment. Une boîte à outils pour constituer son DOE BIM est présentée en fin de dossier.

T. Bourdel et R. Navarro présentent également les bonnes pratiques en termes de data cleansing et de fiabilisation des données dans les maquettes numériques. Ils abordent aussi la complémentarité nécessaire entre l’AMO BIM et le BIM Manager, les deux garants de l’actif numérique. Ces deux rôles, intrinsèquement liés, permettent au projet de développer des pratiques collaboratives au service du projet BIM et d’assurer l’atteinte des objectifs BIM du Maître de l’Ouvrage.

A découvrir également dans ce dossier, une étude, basée sur un sondage réalisé au cours du premier semestre 2021 auprès des acteurs BIM de la construction. Ce travail d’enquête met en lumière l’utilisation actuelle du DOE BIM en France. Pour les auteurs, la mise en place d’une stratégie BIM est un atout indispensable pour le MOA. Le cahier des charges BIM doit être conçu comme un socle, clair et précis, décrivant les besoins et les objectifs propres à chaque MOA. Ce cahier des charges devient ainsi la base de sa stratégie à long terme du déploiement et de l’utilisation du BIM.

Une interview de Séverine Miguet d’Icade Promotion et de Sarra Benaouada de VINCI Construction revient sur leur retour d’expérience sur l’utilisation du DOE BIM, dans le cadre de l’opération immobilière CARIVRY portée par le promoteur et Ynov Campus. Cet échange apporte un éclairage riche d’enseignements sur les chantiers en démarche BIM.

Le dossier de Complément Technique se clôt sur une nouvelle piste à étudier : comment l’utilisation du DOE numérique s’intègre dans le cadre de l’exploitation-maintenance du futur site. La maquette DOE constitue en effet les données d’entrées principales qui permettent de réaliser la maquette numérique d’exploitation-maintenance (MNEM) destinée aux équipes de maintenance et de gestion du futur asset. L’enjeu, pour la gestion du patrimoine, est donc primordial.

Consultez dès à présent le dossier complet du Moniteur en cliquant ici : DOE numérique : quels processus pour fiabiliser cet asset numérique et en faire un actif de valeur ?