Le BIM est le domaine par excellence ou les acronymes foisonnent. Pour permettre à chacun de s’y retrouver, nous vous donnons quelques définitions stratégiques pour bien comprendre les enjeux de ce bouleversement annoncé. BIMtech vous propose un petit lexique de termes clés sur le sujet du BIM.

BIM

Le BIM (« Building Information Modelling »), méthode de travail basée sur la collaboration autour d’une maquette numérique. Dans un processus BIM, chaque acteur de la construction crée, renseigne et utilise cette maquette, et en tire les informations dont il a besoin pour son métier. En retour, il alimente la maquette de nouvelles informations pour aboutir au final à un objet virtuel renseigné, représentatif de la construction, de ses caractéristiques géométriques et des propriétés de comportement.

Niveaux de maturité

Le BIM a plusieurs niveaux, appelés encore niveaux de maturité. Ces niveaux sont des étapes vers le BIM collaboratif. Le BIM niveau 1 est une maquette BIM isolée. Le niveau 2 permet le BIM collaboratif : chaque acteur produit sa maquette numérique utilisant un processus commun défini en amont afin que chacun puisse utiliser les données de chacun.

Le BIM niveau 3 ou iBIM est un modèle unique stocké sur un serveur centralisé, qui peut être synchronisé en temps réel et qui est accessible par tous les partenaires et durant toute la durée de vie d’un ouvrage. Actuellement, le niveau utilisé est le BIM niveau 2

BIM niveau 2

Chaque acteur produit une maquette numérique informée en 3D. Les acteurs récupèrent sur un serveur la maquette numérique de l’architecte au format .ifc ou natif s’ils partagent le même logiciel. Ils créent leur maquette numérique contenant uniquement leurs données. L’un des acteurs, le manager de projet BIM, réunit les différentes maquettes de chaque acteur et vérifie l’absence de conflits. L’interprétation des données est moindre car chaque acteur a accès à l’information. Les incohérences sont réduites.

BIM Management

Le BIM Management vise à l’organisation des méthodes et processus permettant notamment l’établissement et le suivi de la maquette numérique. Il sera en charge de piloter l’élaboration de la convention BIM. Selon la nature du BIM Management, notamment sa contractualisation de mission auprès du donneur d’ordre, la convention BIM sera élaborée, rédigée et mise à jour en coordination et accord avec l’ensemble des parties intervenantes concernées.

Charte BIM

Document générique élaboré par le maître d’ouvrage traduisant sa politique en objectifs de qualité et de performances attendues du BIM pour l’ensemble de ses projets, et recensant notamment les exigences et les objectifs à satisfaire pour que le processus BIM des opérations puisse alimenter la maquette d’entretien exploitation maintenance de son patrimoine.

Cahier des charges BIM

Document précisant pour le projet les exigences et objectifs des intervenants successifs du projet,

incluant ceux de la charte BIM du maître d’ouvrage. Il constitue le volet BIM du programme.

Convention BIM

Document décrivant les méthodes organisationnelles, de représentation graphique, la gestion et le transfert des données du Projet, ainsi que les processus, les modèles, les utilisations, le rôle de chaque intervenant, et l’environnement collaboratif du BIM. À chaque étape du cycle de vie du projet la convention évolue et s’adapte aux nouveaux acteurs, à des usages nouveaux ou à des nécessités du projet.

Contributeur BIM

Tout acteur impliqué dans des pratiques BIM de production et/ou de coordination du projet.

Référent de l’équipe de BIM Management

Le référent de l’équipe de BIM Management a la charge de piloter l’élaboration de la Convention BIM. Selon la nature du BIM Management, notamment sa contractualisation de mission auprès du donneur d’ordre, la Convention BIM sera élaborée, rédigée et mise à jour en coordination et accord avec l’ensemble des parties intervenantes dans le projet qui souhaitent ou peuvent adhérer à la Convention BIM.

Coordinateur BIM

Il est le référent BIM de chaque contributeur. Il gère la partie du projet spécifique traitée en BIM par son entité. Il participe à l’élaboration de la Convention BIM. Il va également piloter et auditer les modèles BIM selon les contrôles qualités définis par la Convention BIM. Il s’enquière du niveau de maturité des parties prenantes de son entité et s’assure de la formation des acteurs de la Production BIM, en fonction du niveau attendu par le BIM Management.

Producteur BIM

Son rôle et son périmètre d’intervention sont avant tout productifs. Suivant les recommandations prescriptions établies par la Coordination BIM, il élabore, modélise les ouvrages, produit et édite les modèles 3D, les plans nécessaires à chaque phase du projet… Il peut réaliser aussi des contributions d’autres natures (notes de calculs, qualifications des données, spécification des nomenclatures, etc.), qui peuvent constituer des données de la maquette.

Maquette numérique

On appelle maquette numérique ou Building Information Model une représentation numérique tridimensionnelle des caractéristiques fonctionnelles et/ou physiques de l’ouvrage. Elle est constituée d’objets et d’espaces identifiés et renseignés (nature, composition, propriétés physiques, mécaniques, comportement, performances…) Elle décrit l’ouvrage pendant tout ou partie de son cycle de vie : programmation, conception, réalisation, réception, livraison, exploitation, maintenance, déconstruction. La maquette numérique décrivant un ouvrage peut être unique ou constituée de la somme de maquettes et/ou modèles métiers complémentaires. En fonction des étapes du cycle de vie de l’ouvrage, elle prend les appellations suivantes :

Maquette Numérique de Programmation

Maquette numérique utile pour l’établissement du programme du projet. Cette maquette est élaborée par le maître d’ouvrage ou sous sa responsabilité, elle contient les contraintes programmatiques et réglementaires du projet. Elle peut servir à la consultation des maîtres d’œuvre.

Maquette numérique de Construction

Maquette numérique couvrant les phases conception, réalisation et réception.

Maquette Numérique de phase Conception

Maquette numérique utilisée pour la conception de l’ouvrage. Elle répond aux exigences des missions de maîtrise d’œuvre définies par la loi MOP et ses textes d’application. Elle est élaborée sous la responsabilité de la maîtrise d’œuvre. Elle est une compilation des Maquettes Numériques métiers de tous les intervenants constituant une représentation numérique du projet. Cette compilation est effectuée conformément au processus du BIM Management. Les documents graphiques présentés sous forme de plans et prévus par le contrat de maîtrise d’œuvre sont issus de la maquette numérique. Elle peut servir à la consultation des entreprises.

Maquette Numérique de phase Réalisation

Maquette numérique utilisée pendant la phase de réalisation de l’ouvrage. Elle répond aux exigences des missions définies par la loi MOP et ses textes d’application. Elle permet l’élaboration des plans d’exécution réalisés par la maîtrise d’œuvre et le visa des plans d’exécution réalisés par les entreprises. Elle prend en compte les conditions de la réalisation effective de l’ouvrage par un processus itératif mis en place avec les équipes de réalisation. Elle est une compilation des maquettes numériques métiers de tous les intervenants constituant une représentation numérique du projet. Cette compilation est effectuée conformément au processus du BIM Management. Les documents graphiques présentés sous forme de plans et prévus par les contrats de travaux et de maîtrise d’oeuvre sont issus de la maquette numérique.

Maquette Numérique de phase Réception (maquette numérique DOE)

Maquette numérique représentative de la construction telle qu’elle est au moment de la réception et de la livraison de l’ouvrage. Elle répond aux exigences des missions définies par la loi MOP et ses textes d’application. Elle est remise par la maîtrise d’œuvre au maître d’ouvrage.

A noter : Les Maquettes Numériques des phases conception, réalisation et réception sont trois états successifs d’une même maquette qui gagne en précision au fur et à mesure de l’avancement des études et du chantier.

Maquette Numérique d’Exploitation et de Maintenance

Maquette numérique utile au maître d’ouvrage, au mainteneur ou à l’exploitant. Elle répond aux besoins exprimés par le maître d’ouvrage, dans la charte et/ou le cahier des charges BIM, pour la maintenance et l’exploitation de l’ouvrage livré. En cas de construction neuve, elle est issue de la maquette numérique de construction et au travers la mise en place du Jumeau numérique incorpore de Nouvelles données notamment liées à l’usage. Le Jumeau numérique ainsi constitué est enrichie de données spécifiques à l’utilisation en Facility Management. Pour les bâtiments existants le Jumeau numérique est constitué à partir d’un relevé réalisé par un géomètre avec un niveau de précision adapté aux besoins de l’exploitation et de la maintenance.

Maquettes numériques métiers

Maquette numérique propre à chaque intervenant

GMAO

La GMAO (Gestion de Maintenance Assistée par Ordinateur) est une méthode de gestion effectuée à l’aide d’un progiciel de GMAO en vue de gérer les tâches de maintenance d’une entreprise, d’une collectivité territoriale ou d’une administration.

Format propriétaire

Un format de fichier est propriétaire lorsqu’il caractérise un éditeur disposant d’une solution logicielle ou d’une gamme de solutions logicielles capables d’exploiter les données du fichier. Un format propriétaire est régi par les lois relatives au copyright (©) et à la Trade mark (TM)

IFC

Le format IFC (« Industry Foundation Classes ») est le modèle de données utilisé dans les maquettes numériques dans le domaine de la construction. Il permet de décrire des objets (murs, fenêtres, espaces, poteaux, etc.), leurs caractéristiques et leurs relations. Les IFC font partie de la norme internationale STEP ou « standard for Exchange of product data » (ISO 10 303). Depuis mars 2013, les IFC sont labellisés ISO 16 739. Les IFC ont pour but d’assurer l’interopérabilité des logiciels métiers BIM.

IFC2X3

La version IFC2X3 date de 2005. Elle est actuellement la version référence.

IFC4

La version IFC4 est une norme ISO (16 739) depuis mars 2013. Elle va progressivement devenir la référence.

Ingénierie concourante

D’après la norme ISO 19101, il s’agit de la « capacité d’un système ou d’une composante d’un système à permettre un partage des informations ainsi qu’un contrôle des processus coopératifs ». L’Ingénierie concourante implique les différents acteurs dans les phases de conception, de construction, d’exploitation maintenance et de fin de vie dès l’amont du projet.

Interopérabilité

L’interopérabilité est la capacité d’échanger par la présence d’un standard neutre et ouvert des

données entre les différents « modèles » sans dépendre d’un acteur ou d’un outil en particulier.

Jumeau numérique

Un jumeau numérique est une réplique numérique d’un produit physique doté de capteurs qui l’informent en permanence de l’état du réel. Un jumeau numérique se compose donc :

  • d’une base de données graphe temps réel s’appuyant sur la modélisation 3D ;
  • du produit physique ;
  • de capteurs ;
  • de systèmes d’analyse.

Dans le secteur du bâtiment, on utilise la modélisation BIM comme référentiel descriptif de l’immeuble pour constituer cette réplique virtuelle

Pour constituer un jumeau numérique 3 sources de données sont nécessaires :

  • Données de modélisation de l’immeuble (issu de la démarche BIM) qui serviront de référentiel descriptif de l’immeuble.
  • Données issues des systèmes terrain (OT : Operational Technologies) : systèmes qui permettent de contrôler les équipements techniques et d’exécuter les processus de production (ex : GTB, le SSI, …).
  • Données de type IT (Information Technologies) : Système d’information lié à la gestion de la vie de l’immeuble (ex : GMAO, réservation de salles, gestion visiteurs, GED, système IOT …)

L’intégration de ces 3 sources sur une plateforme spécialisée (et sécurisée) va permettre la mise en œuvre des différents services/cas d’usage dans les différents canaux/outils des différentes parties prenantes sans limite et de manière industrielle sur le parc : exploitation maintenance pour l’exploitant au travers une visuel 3D uniforme quel que soit l’immeuble, WebApp pour le B2B2C, espace client pour le B2B, Dataware pour PowerBI, outils de gestion Gecina, outils de gestion de nos clients, de nos partenaires…

Niveau de définition, niveau de détail, niveau de développement

Différents termes qui regroupent un seul et même sujet. Niveau nécessaire d’informations liées aux objets en termes géométriques, analytiques, alphanumériques et relationnels. Il existe différents niveaux de définition/détail/développement accordés suivant les phases de projet de la Loi MOP.

Objet BIM

Représentation virtuelle d’un élément de construction, en trois dimensions, formellement identifié (par exemple un mur, une dalle, une porte, un étage…) avec ses propriétés (par exemple propriétés des matériaux, résistance mécanique, transmissivité thermique…).

Objet BIM générique

Un objet générique numérique est un objet libre de droit d’usage décrivant, en termes de spécifications fonctionnelles et performancielles, un ouvrage, une partie d’ouvrage ou un composant sans référence à un produit, une marque ou une solution spécifique. Il est utilisé en phase conception jusqu’au marché de travaux pour préciser les exigences attendues dans les phases amont du développement de la maquette numérique et constitue ainsi l’amorce de l’objet représentatif de la solution pratique correspondante.

PPBIM

La norme expérimentale AFNOR XP P07-150 dite norme PPBIM (« Product Properties for BIM ») porte sur l’harmonisation des dictionnaires de propriétés de produits et systèmes constructifs dans le cadre d’une maquette numérique.

Revues BIM

Réunions de travail utilisant la (les) maquette(s) numérique(s) comme support.

Usages BIM

C’est une explicitation de processus intégrant des pratiques BIM, c’est-à-dire la description d’un processus concret, tel qu’il sera mis en œuvre sur un projet. Cela permet de décrire factuellement les usages voulus des maquettes numériques, les interactions des différents acteurs avec cette base de données, pour des actions métiers précises allant de la production d’images jusqu’à l’exploitation de bâtiment.

UNIFORMAT II

L’UNIFORMAT II (2015) est un système de classification des objets, développé en 1993 aux Etats-Unis par American society for testing and material (A.S.T.M.). Il instaure un standard de classification des éléments de construction, avec trois niveaux hiérarchiques. Ce système permet une description des projets et des ouvrages sans spécifier les choix constructifs, les matériaux utilisés et la décomposition des lots choisis.